Archives pour la catégorie Expo collective

Le Labyrinthe moral

Le Labyrinthe moral

Le Consortium, 16, rue Quentin, Dijon,
22 juin-12 août 1995.

Angela Buloch, Maurizio Cattelan, Liam Gillick, Douglas Gordon, Lothar Hempel, Carsten Höller, Pierre Huyghe, Paul Ramirez-Jonas, Jorge Pardo, Philippe Parreno, Rirkrit Tiravanija, Xavier Veilhan,

« réunis dans une association loi 1901,
Association des temps libérés
Première assemblée générale du 12 au 18 juin 1995. »

Changement d’adresse
Le Labyrinthe moral

réouverture le samedi 4 novembre à partir de 18h

Roberto Bagatti, Mario Boggio Sella, Francesco Toreno, Angela Bulloch, Maurizio Cattelan, Liam Gillick, Dominique Gonzalez-Fperster, Douglas Gordon, Lothar Hempel, Carsten Höller, Pierre Huyghe, Jorge Pardo, Philippe Parreno, Rirkrit Tiravanija, Xavier Veilhan.

L’Usine, 37 rue de Lonvic,
(dans le cadre de Nouvelles Scènes 95)

Bibliographie :
  • Liam Gillick, « Rapport intermédiare », in Le Consortium, Compilation. Une expérience de l’exposition, Dijon, Les Presses du Réel, 1998, p. 563-568.

Autres victoires

Château de la Louvière, Montluçon,
7 juillet-1er octobre 1995

Commissaire : Jean-Yves Jouannais

Catalogue :

Infamie, Paris, Hazan, 1995.
Ce catalogue ren également compte de l’exposition Histoire de l’infamie, Biennale de Venise, Cercle de l’Arsenal, 7 juin-31 juillet 1995.

Histoire de l’infamie

Biennale de Venise, cercle de l’Arsenal,
7 juin-31 juillet 1995.

Commissaire : Jean-Yves Jouannais

Catalogue :

Infamie, Paris, Hazan 1995.
Ce catalogue rend compte également de l’exposition Autres victoires, Château de la Louvière, Montluçon,  7 juillet-1er octobre 1995.

Cosmos des fragments futurs

Le Magasin, centre national d’art contemporain, Grenoble,
25 mars-24 avril  1995.

Commissaire : Frank Perrin

Catalogue :

Cosmos des fragments futurs, Grenoble, Le Magasin. (classeur, 112 p.)

Citation :

« Il n’y a plus d’histoire de l’art, mais seulement des géographies, des contrées, des laboratoires, des plateaux, ou des chantiers. »
(Frank Perrin, catalogue)

Compte rendu :

Le Journal des arts n° 14, mai 1995.

Surface de réparation 2

John Armleder, Angela Bulloch, Jason Fox, Liam Gillick, Pierre Huyghe, Carsten Höller, Jim Isermann, Pierre Joseph,  Philippe Parreno, Jennifer Pastor, Lily van der Stokker, Xavier Veilhan.

Frac de Bourgogne, 49, rue de Longvic – 21000 Dijon.
29 octobre 1994-14 janvier 1995.

Commissaire : Éric Troncy.

Œuvres présentées :

John Armleder, sans titre, 1994, prêt.
Angela Bulloch, Happy Sacks, 1994, prêt.
Jason Fox, Blood Fire, 1993, prêt.
Jason Fox,  Drixton Alive, 1993, prêt.
Liam Gillick, Prototype Erasmus Table, 1994, prêt.
Pierre Huyghe, Ramoner, 1994, 120 x 80 cm, œuvre du fonds.
Carsten Höller, Pigeons, 1992, prêt.
Jim Isermann, Handiwork, 1993, prêt.
Pierre Joseph, sans titre, 1990-1994, prêt.
Philippe Parreno, Un homme public, 1994-1995, œuvre du fonds.
Jennifer Pastor, Ta-Dah, 1995, prêt.
Jennifer Pastor,  Winter, 1995, prêt.
Lily van der Stokker, Curlicue In Red, 1994, Wall Painting, 450 x 300 cm, œuvre du fonds.
Lily van der Stokker, Love + Work, 1994, prêt.
Xavier Veilhan, sans titre (machine tournante), 1994, h=42 cm, Ø=140 cm, œuvre du fonds.
Xavier Veilhan, sans titre (Le Guerrier), 1994, prêt.

[Second volet d’une exposition dont le premier a eu lieu au même endroit et avait ouvert le 28 janvier 1994. Le catalogue rend compte des deux volets.]

Catalogue :

Surface de réparations : John Armleder, Henry Bond, Angela Bulloch, Jason Fox, Liam Gillick, Carsten Höller, Pierre Huyghe, Jim Isermann, Pierre Joseph, Philippe Parreno, Jennifer Pastor, Simon Patterson, Rirkrit Tiravanija, Lily van der Stokker, Xavier Veilhan, Dijon, Frac de Bourgogne, 1995. [Textes : Eric Troncy, les artistes]

Pictures of the Real World (In Real Time)

  • Paula Cooper Gallery, New York, 11 février-12 mars 1994.
  • Le Consortium, Dijon, 10 septembre-22 octobre 1994.
  • Le Capitou, centre d’art contemporain, Fréjus, 19 novembre 1994-8 janvier 1995.
  • Städtische Galerie Göppingen, 22 janvier-26 février 1995.
  • Galleria Massimo De Carlo, Milan, 6 avril-13 mai 1995.

Organised by Bob Nikas

On Kawara, Date Paintings 1966-1994

Et photographies des mêmes années de :
Dan Graham (1966), Diane Arbus (1967), Garry Winogrand (1968), Douglas Hubler (1969), Lee Friedlander (1970), Larry Clark (1971), William Eggleston (1972), Nan Goldin (1973), Peter Hujar (1974), Jan Groover (1975), Peter Campus (1976), James Welling (1977), Cindy Sherman (1978), Sherrie Levine (1979), Richard Prince (1980), Barbara Bloom (1981), Louise Lawler (1982), Sam Samore (1983), John Coplans (1984), Barbara Ess (1985), Andres Serrano (1986), David Robbins (1987), Jeanne Dunning (1988), Zoe Leonard (1989), Felix Gonzalez-Torres (1990), Philip-Lorca, Di Corcia (1991), Charles Ray (1992), Robert Barry (1993), Danny Lyon (1994).

L’hiver de l’amour

ARC, Musée d’art moderne de la Ville de Paris,
10 février-13 mars 1994.

Une proposition de Elein Fleiss, Dominique Gonzalez-Foerster, Bernard Joisten, Jean-Luc Vilmouth, Olivier Zahm.

Catalogue :

Magazine du même titre, 96 p.

Citations :

« Il nous a semblé intéressant de demander à de jeunes critiques et artistes […] d’organiser cette manifestation afin de mettre en relation ce qui leur paraît symptomatique de l’état d’esprit de leur génération, non seulement en art, mais aussi dans d’autres domaines comme le stylisme, la musique, le cinéma, la vidéo, l’architecture… »
(Béatrice Parent, in magazine L’Hiver de l’amour)

« L’hiver de l’amour, ce qui nous arrive maintenant. Cela n’est pas à imaginer, mais saisir, évoquer, montrer ce que nous sommes. Des manières d’être, une exposition climatique. C’est la traversée d’une saison, d’un moment de l’art, mais c’est aussi l’art comme moment, toutes ces heures qui nous transforment. Cela vaut la peine de les exposer, de les filmer, de les expérimenter… De faire ce magazine. Plus nous condamnons le présent et plus nous devons en être amoureux (Gombrowicz). Si nous parlons d’un climat et donc d’une sensibilité perceptible, il est sûr que notre style doit être conçu comme quelque chose de possible. Ce qui pourrait se passer ensuite. Quelque chose de vrai au-delà de l’exposition. En sortir un peu transformé, avec l’impression de prolonger l’exposition. Autrement quel serait le sens de cetteproposition, de ces balises et de toutes ces recherches ?
Comment traverser l’hiver ? Ouvrir l’exposition. Faire qu’elle dure (voir programme). Aller et revenir (cinq semaines). Des journées entières au Musée (entrée 10 francs). Des séances de cinéma. Des séances de biographie, de vidéo, de couleurs… Des contacts, des sensations. Des envies d’adaptations et de proximités. Une déambulation qui traverse la maladie, les tendances, les souvenirs. Des escaliers perturbés. Une terrasse en état de choc avant une longue allée de contrastes. Des lectures possibes. Un square à traverser et l’obscurité urbaine, la pluie des images. Avant le grand froid polystyrène de Fin de siècle. »
(« Éditorial » des cinq commissaires, in magazine L’Hiver de l’amour.)

Surface de réparations

Henri Bond, Angela Bulloch,  Liam Gillick, Carsten Höller, Philippe Parrenno, Simon Patterson, Rirkrit Tiravaija.

Frac de Bourgogne, 49, rue de Longvic – 21000 Dijon
28 janvier-12 mars 1994.

Commissaire : Éric Troncy

Œuvres présentées :
  • Henri Bond : New Dawn Fades, 1994, prêt.
  • Angela Bulloch : Earth Moving Pump Action, 1994, œuvre du fonds.
  • Liam Gillick : Del Charro, 1994, prêt.
  • Carsten Höller : Joséphine, 1994, prêt.
  • Carsten Höller : My Adventure With Simone, 1994.
  • Carsten Höller : sans titre, 1993, prêt.
  • Philippe Parreno, No More reality, 1993, prêt.
  • Simon Patterson : Imperialvision Song Contest, 1994, prêt.
  • Rirkrit Tiravaija : sans titre, 1994, prêt.

 

Hotel Carlton Palace, Chambre 763

Hotel Carlton, Paris
1994

Commissaire : Hans Ulrich Obrist

70 artistes dont notamment : JohnArmleder, Jean-Pierre Bertrand, Peter Fischli & David Weiss, Andreas Fuminski, Felix Gonzales-Torres, Dominique Gonzalez-Foerster, Leni Hoffmann, Bertrand Lavier, Annette Messager, Niele Toroni…

Punishment and Decoration

Art in the age of militant superficiality

Galerie Hohenthal und Bergen, Cologne,
8 avril-28 mai 1993

Commissaire : Michael Corris

L’exposition fait suite à un article de Michael Corris et Bob Nikas, paru sous le même titre dans Artforum, avril 1993.

Compte rendu :

David Batchelor, Frieze, n° 18, septembre-octobre 1994.

 

1968

Le Consortium, rue Quentin, Dijon (organisation)
17 octobre-30 décembre 1992.

Au Consortium :
  • Lettre ouverte du 6 juin 1968 (Marcel Broodthaers)
    Marcel Broodthaers, Gretchen Faust, Cady Noland.
  •  Dematerialization of the Art Object (Lucy Lippard)
    Robert Barry, Felix Gonzalez-Torres, Scott Grodesky, Sam Samore, Haim Steinbach, Lawrence Weiner.
  •  The Xerox Book (Seth Siegelaub)
    Carl Andre, Robert Barry, Douglas Huebler, Joseph Kosuth, Sol LeWitt, Robert Morris, Lawrence Weiner.
  •  A Sedimentation of Mind ; Earth Projects (Robert Smithson)
    Gloria Friedmann, Paul-Armand Gette, Robert Gober, Peter Halley, Peter Hopkins, John Miller.
  •  Antiform (Robert Morris)
    Art and Language, Steve Di Benedetto, Thomas Grünfeld, Imi Knoebel, Olivier Mosset, Steven Parrino, Michael Scott.
  •  Il PCI ai Giovanni (Pier Paolo Pasolini)
    Alighiero e. Boetti, Luciano Fabro, Jannis Kounelis, Pino Pascali, Michelangelo Pistoletto.
 Au Fonds Régional d’Art Contemporain de Bourgogne :
  • Theoreme
    Diane Arbus, John Armleder, Christian Boltanski, Hans Haacke, On Kawara, Olivier Mosset, Andy Warhol.
 Au Consortium/L’Usine :
  • Prospekt/Retrospekt 1968
    Vito Acconci, Daniel Buren, Hubert Duprat, Alfredo Jaar, Jon Kessler, Jutta Koether, Bertrand Lavier, Barry Le Va, Sol LeWitt, Ken Lum, Bruce Nauman, Panamarenko, Mel Ramsden, Reiner Rüthenbeck, Richard Serra, Lily van der Stokker, Joan Wallace.
 Dans la rue :
  • Michael Corris

 

Il faut construire l’hacienda

CCC, Tours,
18 janvier-8 mars 1992

Commissaires : Nicolas Bourriaud, Alain-Julien Laferrière et Éric Troncy.

Catalogue :

Il faut construire l’hacienda, Tours, CCC, 1992. [320×240 mm, vues de l’exposition, textes de Éric Troncy et Nicolas Bourriaud.]

Citation :

« L’Hacienda célèbre discothèque britannique… L’Hacienda, telle qu’en son mythe initial, s’est surtout distinguée, à l’instar des grandes discothèques historiques (Le Palace, à Paris entre 1978 et 1983 par exemple) par sa propension chque soir à construire un espace social transversal où n’avait cours aucune des règles en vigueur dans le monde extérieur. […] Nous parlons ici d’artistes insensibles aux diktats de la morale, de la logique et des systèmes.
(Éric Troncy, in catalogue)

« Ce que j’appele ici, faute de mieux, le réalisme opératif, signifie donc la double appartenance d’une œuvre au domaine du fonctionnel et à celui de l’esthétique… »
(Nicolas Bourriaud, « Qu’est-ce que le réalisme opératif ? », in catalogue)

No Man’s Time

Villa Arson, centre national d’art contemporain, Nice,
6 juillet-30 septembre 1991

Commissaire général : Christian Bernard.
Commissaire de l’exposition : Éric Troncy.

Catalogue :

No Man’s Time, Nice, Villa Arson, 1991.
Textes de Christian Bernard, Nicolas Bourriaud, Sylvie Froux, Jean-Yves Jouannais, Éric Troncy.

Citation :

« No Man’s Time n’est pas fondée sur un concept ni basée sur un projet théorique précis. Cette exposition n’entend rien prouver, ni dénoncer. Ce n’est ni un pari sur l’avenir ni une synthèse de l’actualité. No Man’s Time est un spectacle. »
(Éric Troncy, Flash Art, n° 161, novembre-décembre 1991.)

World Soup

Küchenausstellung
Schwalbenstrasse 10, St. Gallen.
juillet-septembre 1991

Commissaire : Hans Ulrich Obrist

Christian Boltanski, Peter Fischli & David Weiss (programme radio), Frédéric Bruly-Bonaloré, Richard Wentworth, Hans-Peter Feldmann (œufs en marbre et des plumes dans le frigo), Paul-Armand Gette (intervention dans les toilettes), Niele Toroni (empreintes dans l’entrée), Bertrand Lavier (peinture sur la vitre), Niele Toroni a fait des empreintes dans l’entrée, Leni Hoffmann (intervention sous le lit), Dominique Gonzalez-Foerster (sur le miroir de la salle de bain)…

L’exposition eut lieu dans la cuisine de Hans Ulrich Obrist, alors étudiant.

Publication :

World Soup : Küchenausstellung 1991, Munich/Stuttgart, Oktagon, 1993.
1 chemise (320 x 242 mm) contenant 10 fascicules.
Introduction en allemand et en anglais. Exposition en allemand et en français.
Contient : « Plats du jour » de Christian Boltanski (brochure de 6 p.), « L’art de la cuisine » de Frédéric Bruly Bouarbé (brochure de 12 p. en français et en allemand et 3 cartes dessinées en couleur comprises dans un sachet en parchemin), « Katalog » de Hans-Peter Feldmann (brochure de 20 f.), « Nymphaea alba L. » de Paul-Armand Gette (carte), « Messer » de C.O. Paeffgen (fac-similé), « Fässer » de Roman Signer (brochure de 12 p.), « Photoabzüge » de Richard Wentworth (7 photogr. coul.) et « Coop » de Peter Fischli et David Weiss (prospectus).

Catalogue de l’exposition World Soup : Küchenausstellung :
Portfolio en papier jaune qui contient un autre portfolio illustré d’une photgraphie en noir et blanc de Pierre Leguillon-St.Maur contenant un catalogue dont la couverture est également illustrée d’une photographie en noir et blanc de Pierre Leguillon-St.Maur et les contributions de 9 artistes.. Tiré à 400 ex.

Le Désenchantement du monde

Villa Arson, Nice,
7 juillet-30 septembre 1990.

Commissaire : Christian Bernard.

Artistes :

Judith Batolani et Claude Caillol, Buchal & Clavel, Clegg & Guttmann, Peter Fischli et David Weiss, Georg Herold, Mike Kelley, Jon Kessler, Martin Kippenberger, Meuser, Joachim Mogarra, Harald F. Müller, a.r. penk, Peter Weibel, Heimo Zobernig.